Techniques de bondage : les meilleures à pratiquer tout de suite

Publié le : 08 août 20237 mins de lecture

Il n’est pas facile de définir le bondage en quelques mots simples : nous parlons de pratiques chaudes, de jeux sexuels excitants et de plaisirs érotiques satisfaisants. La plupart des gens, surtout après l’avènement des livres et des films Cinquante Nuances, savent de quoi ils parlent : Christian Grey peut donc être considéré comme un bon professeur pour les débutants.

Cependant, afin d’éprouver un plaisir immense dans la mise en œuvre de ces techniques, il est bon de prendre en considération une série d’astuces valables pour faire de la contrainte physique un moment inoubliable agrémenté d’un certain voyeurisme .

Eh bien, à ce stade, il devient nécessaire de clarifier ce que signifie spécifiquement le terme servitude. Cela signifie littéralement esclavage. Ceci, donc, en théorie. En pratique, cependant, il s’agit d’un ensemble de pratiques sexuelles capables de créer un lien physique et mental fort entre les participants. Grâce au bondage, il est possible d’explorer le sexe à 360 degrés à travers un jeu qui voit un dominant et un soumis comme protagonistes.

Par ailleurs, à cet égard, il est bon de se référer à la distinction entre :

  • la servitude légère, c’est-à-dire la liaison exclusive des mains et des pieds ;
  • la momification, suite à laquelle le soumis est complètement noué et donc incapable de bouger ;
  • la suspension, ou lorsque le sujet, préalablement attaché, est également pendu.

L’art du bondage : pas que des techniques

Le bondage est une pratique qui ne repose pas uniquement sur l’exécution de cahiers des charges techniques mais aussi sur les sentiments. En fait, il doit avant tout être une expérience capable d’apporter une certaine gratification aux deux participants qui, au final, remportent ensemble la victoire. Dès l’instant où vous êtes totalement immobilisé, c’est comme si vous ressentiez le frisson d’être protégé en regardant la corde de liaison comme si elle était le prolongement des bras de votre partenaire. Ce n’est pas que de la douleur. À la lumière de cela, il peut être décrit comme un acte émotionnellement et physiquement intense. Celui qui est lié finit par appartenir totalement à l’autre, étant, en même temps, aimé et apprécié pour lui. Le soumis ne veut pas d’indépendance, est consentant, accorde une grande confiance à l’autre ainsi qu’estime et affection. Cela semble étrange, mais c’est comme ça. En effet, celui qui soumet il le fait pour devenir l’objet d’un fort désir et certainement pas seulement pour être maltraité. Comme pour tout, la variété ajoute une pincée supplémentaire de piquant grâce à une série d’actions qui peuvent être utilisées individuellement ou en combinaison avec d’autres.

Bondage : entre histoire et désir

La pratique du bondage a des origines très anciennes qui remontent au XVe siècle et redevient tendance aujourd’hui. Il sera intéressant de savoir comment, au départ, il n’était même pas question de techniques ayant un fond sexuel .

Les cordes, autrefois, allaient représenter une sorte de lien entre l’humain et le divin dans la culture japonaise, au sein de laquelle les samouraïs et la police procédaient à l’immobilisation des prisonniers en recourant simplement à l’utilisation d’une corde en jute ou en chanvre. Par conséquent, le bondage, tel qu’il est connu de la plupart d’entre nous aujourd’hui, n’a vu sa diffusion que dans la période de l’après-Seconde Guerre mondiale.

Rôles et outils dans le bondage

Le bondage est une pratique sexuelle qui implique un échange de rôles et une variété d’outils . Plus précisément, il existe des modes doux, qui impliquent simplement l’utilisation de bandeaux ou de menottes, et des modes plus extrêmes qui, évidemment, sont encore plus douloureux et dangereux.

Il s’agit pour la plupart de techniques dont la finalité est l’éros à atteindre par la privation instantanée de mouvement, total et partiel, voire d’un sens spécifique. Nous sommes, par conséquent, dans la sphère sadomasochiste.

Dans le soft bondage , cependant, la dynamique érotique se consume progressivement avec l’alternance de moments de soumission et de domination. Le bondage pieds nus , quant à lui, voit l’immobilisation des pieds, avec des cordes ou des lacets, strictement nus.

À ce stade, le partenaire laisse l’autre caresser, piquer, lécher, chatouiller même avec l’utilisation de tiges ou de plumes. La douleur est certainement plus contrôlée. Enfin, il ne faut pas oublier l’utilisation de pansements ou similaires pour laisser place à l’imagination. Pour les plus audacieux, cependant, il existe des fouets, des combinaisons, des masques et des outils qui pourraient blesser le corps même profondément.

Techniques de bondage : ce qu’elles sont et en quoi elles consistent

Le bondage entre dans la catégorie inhérente à un type de sexualité apparenté au sadomasochisme . En pratique, on se réfère à une série de jeux érotiques de domination et de soumission par l’utilisation de cordes, menottes, chaînes et crochets qui deviennent les outils nécessaires pour mettre en place certaines dynamiques.

Parmi les principaux on peut citer :

  • l’attachement de certaines parties du corps du soumis à des objets extérieurs, tels que des supports ou des murs ;
  • la séparation ou, à défaut, la divarication de certaines parties du corps ;
  • la suspension du corps à des supports ou à des plafonds ;
  • la restriction, c’est-à-dire l’empêchement forcé des mouvements typiques du corps;
  • immobilisation totale du corps, définie comme momification, pouvant conduire à une authentique privation des sens.

Il convient également de mentionner la pratique dangereuse et, sans aucun doute, extrême de l’asphyxie érotique ou du contrôle de la respiration , qui pourrait causer des lésions cérébrales si elle est pratiquée sans en connaître la cause et, dans les cas graves, même la mort.

On parle de domination, car on éprouve le plaisir de commander les sensations ainsi que la volonté du partenaire ; de sadisme, puisqu’on se teste soi-même ; de masochisme, puisque l’on essaie consciemment de vivre des émotions jamais éprouvées à travers des stimuli qui conduisent à l’humiliation et à la douleur, mais qui en même temps ne manquent pas d’offrir d’énormes satisfactions.

La souffrance volontaire, la contrainte et la domination conduiront à l’extase, aux pulsions et à l’excitation incontrôlée.

Plan du site